Résistance

13 avril 2015, 09:31

Il ne suffit pas d'employer les mots de la République pour prétendre en défendre les valeurs ! Avec la loi sur le renseignement, avec les algorithmes automatiques qui scanneront en temps direct les données de 66 millions de français selon les décisions du seul exécutif et hors de tout contrôle d'un juge, François Hollande, Manuel Valls et tous ceux qui voteront cette loi ouvrent une boîte de Pandore qui tuera notre République. Quels que soient les pouvoirs de demain, les moindres actes et sources des journalistes et de ceux qui défendent les droits humains seront connus en temps réel, comme ceux des opposants politiques, et les comportements de chaque citoyen pourront être déterminés et analysés automatiquement, avec des risques d'erreurs incommensurables, en fonction de critères qui ne dépendront que du pouvoir et sans aucune possibilité de contradiction.

La loi sur le renseignement étend dangereusement le champ d'action des services spécialisés puisque, selon le texte même du projet de loi, la surveillance pourra s'abattre sur les mouvements sociaux et politiques, au titre de la « prévention des violences collectives » et sur tout citoyen ou mobilisation qui, dénonçant des pratiques industrielles néfastes, porterait atteinte aux « intérêts économiques ou industriels essentiels de la France ». Ce projet est une vraie menace pour les libertés pour lesquelles nos ancêtres se sont battus, souvent jusqu'à la mort, et pour lesquelles les opposants aux dictatures se battent aujourd'hui ! Devrons nous utiliser demain les mêmes méthodes et outils que les associations de défense des droits humains offrent aujourd'hui à ces opposants pour leur permettre d'échapper à la surveillance policière ?

L'objectif de cette loi n'est pas la lutte contre le terrorisme mais le contrôle politique et social ! Depuis trois ans, les attaques terroristes visant des occidentaux ont fait au total 55 victimes dans le monde, dont 24 en France. Cela peut-il justifier la mise sous surveillance permanente de 66 mllions de français ? Dans le même temps, en France, plus de 1.400 personnes sans domicile fixe sont mortes dans la rue sans que le gouvernement ne réagisse d'une quelconque manière à cette mortalité ! 

Quatre millions de Français sont descendus dans la rue après les attentats de janvier dernier pour défendre leur liberté d’expression. Vont-ils se laisser déposséder de leur liberté de penser sans réagir ?

 

Résistance !

 

Jean-Philippe Miginiac