Puissent Wolfgang Schäuble, auquel le le journal allemand Bild Zeitung prête aujourd'hui l'intention de faire capoter l'accord avec la Grèce malgré la reddition de Tsipras, et Jeroen Dijsselbloem ne pas oublier qu'il y a 20 ans, à 800 kilomètres seulement de Thessalonique, la grande ville du Nord de la Grèce, 8.400 hommes mourraient pour la seule raison qu'ils étaient musulmans, malgré la présence sur place de soldats Néerlandais. Puissent-ils réaliser à quel point il serait dangereux de mettre le feu à la Grèce et de la plonger dans le chaos juste pour sauver leurs dogmes dans ce qui reste une poudrière balkanique aux braises à peine refroidies.

Jean-Philippe Miginiac